Un peu d’histoire

La communication facilitée en Australie et en France

Mise au point à la fin des années 70 aux USA, la CF (en anglais : « Facilitated Communication« ) a été développée dès 1987 en Australie par Rosemary Crossley, Docteur en philosophie, diplômée en sciences de l’éducation, éducatrice et directrice du « Dignity Education Language Center » (DEAL) à Melbourne. Cette approche était d’abord destinée essentiellement à des personnes présentant une importante problématique d’infirmité motrice cérébrale, puis à des personnes en situation de handicap mental, dans une visée d’apprentissage à l’autonomie.

Anne-Marguerite Vexiau, Orthophoniste parisienne au bénéfice d’une longue pratique auprès d’enfants autistes et à la recherche d’un moyen pour aider cette population à mieux communiquer, a importé cette méthode en France dans les années 90. Elle a alors constaté que la CF pouvait être proposée comme moyen de communication alternatif aux personnes en situation d’autisme, de diverses déficiences mentales, de polyhandicap, d’aphasie ou de dysphasie, de coma ou de maladie d’Alzheimer.
Parallèlement, elle s’est aperçue que cela permettait aussi bien aux personnes sans difficulté d’expression verbale qu’aux personnes porteuses d’un handicap d’exprimer des messages qu’on peut supposer émerger de l’inconscient – messages qui se sont avérés avoir une portée thérapeutique dans le sens d’un mieux-être et confort personnels.
Cette façon de faire se distançant trop du concept initial d’apprentissage mis au point par R. Crossley, celle-ci a prié A.-M. Vexiau de trouver un autre terme pour cette approche : c’est ainsi que cette dernière a créé le vocable Psychophanie (du grec « psyché », âme et « phan », mettre à jour).

En grande pionnière, A.-M. Vexiau est à l’origine de la création de l’association Ta Main Pour Parler (TMPP), ainsi que du centre de formation à la CF « EPICEA » qui est devenu l’Ecole de formation de TMPP, où de nombreux professionnels des milieux de l’éducation, du travail social et d’approches psychothérapeutiques diverses, ainsi que des parents, se sont formés. Elle a cherché avec dynamisme à promouvoir la CF et la Psychophanie en donnant des conférences, écrivant des livres (voir bibliographie) et des articles et interpellant les chercheurs (voir recherche). Elle a été nommée Présidente d’honneur.

Pour prendre la suite, la Confédération Francophone Ta Main Pour Parler’ (CFTMPP’) a vu le jour en 2011 ; y sont regroupés les différents pôles de formation et de pratique en francophonie (France, Suisse et Belgique) (voir le site de CFTMPP’ à ce sujet)

 

La communication facilitée en Suisse romande

En Suisse romande, c’est surtout dans le canton de Vaud que la CF a pris son essor, et ceci dès 1994 avec l’Institution de la Violette (Fondation Renée Delafontaine à Lausanne). Durant les années 1995 à 2000, plusieurs personnes, professionnels de diverses institutions, se sont rendues à Paris pour y suivre la formation mise sur pied par Anne-Marguerite Vexiau à son centre de formation « EPICEA ». En 1995, Michel Marcadé a suivi cette formation, qui lui a servi de plus en plus dans son travail d’éducateur à l’Institution Perceval à St-Prex. Quelques années plus tard et à la demande d’Anne-Marguerite Vexiau il a, en tant que formateur, fondé un pôle de formation en Suisse romande, « EFFETA » ; il a ainsi eu l’occasion d’initier de nombreuses personnes à la CF. En 2014 il transmet le flambeau de la formation à Line Short qui dirige le pôle « FORMATION – Communication Facilitée et Psychophanie – Ecole de formation CFTMPP’ ».

L’idée de créer une association a ainsi fait son chemin auprès de parents et de professionnels, et s’est concrétisée lors de l’Assemblée Constituante du 15 juin 2002 qui a accepté la création de l’Association CF-Romandie. CF-Romandie est membre de CFTMPP’.

 

Un livre retrace l’histoire de la communication facilitée

Au début des années 2000, divers professionnels de l’Institution « Les Esserts » (à Cugy/Lausanne) se sont également formés à la Communication Facilitée et ont pu généraliser cette pratique auprès des résidents de cette institution. En 2001 la journaliste anglaise Mary Craig y a été reçue, et a ainsi pu compléter son historique du développement de la CF en francophonie, qu’elle a ensuite publié en anglais avec le titre « Voices of Silence » ; la traduction en français de ce livre est parue début mars 2018 sous le titre « Au-delà du Silence » – ce qui permet d’avoir un regard intéressant sur le développement de la CF en Suisse romande dans ces années-là.


CRAIG Mary, « Au-delà du Silence », éditions du Dauphin, mars 2018, Env. 18 €. En vente dans plusieurs librairies et sur Internet

 

haut de page